Le parler créole réunionnais

S' il a emprunté quelques mots à des langues étrangères, le patois réunionnais n'en a pris que très peu au chinois - et encore ces emprunts sont-ils plutôt contemporains ou à l' hindou musulman, bien que les ressortissants de la Chine et de l'Inde soient suffisamment représentés dans le pays.

Il en va de même pour la contribution Portugaise. Toutefois, l'on peu noter un apport plus conséquent de mots Indiens venus de communautés indiennes malbars pratiquant le tamoul, soit l'hindi.

En fait le vocabulaire réunionnais a adopté beaucoup de mots malgaches : nom propres pour désigner les sites, noms communs et adjectifs, parce que très imagés et ainsi plus aisément adaptable.

L 'on peut considérer qu'une centaine de mots malgaches son employés à l'île de la Réunion. ce qui est pour le moins appréciable ! La plupart des Réunionnais s"en servent tout en ignorant qu'ils appartiennent à la langue malgache et, chose assez paradoxale, ces mots sont pour une bonne part du dialecte hova alors que les éléments humains qui ont été implantés à Bourbon provenaient plutôt des régions côtières de Madagascar et auraient dû par conséquent provoquer des emprunts plus importants aux dialectes de la côte Est (Betsimisaraka et Antaimoro). Certains Réunionnais savent que ces mots on une étymologie malgache mais beaucoup ne peuvent en donner la racine, voire le sens propre. 

Pour expliquer cet apport linguistique, un peu d'histoire s'impose, car l'histoire de Madagascar est étroitement liée à celle de l'île de la Réunion.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.
Évaluation: 0 étoile
0 vote

Colonisation de l'île Bourbon

S'il l'on remonte à l'instauration de la souveraineté française à Mascareignes, on serait tenté de l'établir vers 1642, lorsque Pronis alors désigné comme directeur de la "Compagnie Françoise de l'Orient"? avec instruction de coloniser quelques ponts de la côte Est d Madagascar, avec les îles avoisinantes, au nom de sa Majesté le Roi de France prit possession de Mascarin comme on appelait l'île à cette époque.

Jacques Pronis s'installa en 1643 dans un lieu du sud de Madagascar qu'il nommera Fort Dauphin, mais ses démêlés avec les mauvaises posture.